8th March 2019 — INTERNATIONAL WOMEN’S DAY IN MONTREAL | JOURNÉE INTERNATIONALE DES DROITS DES FEMMES A  MONTRÉAL

WOMEN of DIVERSE ORIGINS (WDO) calls on women, women-identified, girls and allies to take to the streets in Montreal on International Women’s Day, to demonstrate resistance to inequality, violence and misery, in Quebec, Canada and elsewhere. And to show our solidarity with sisters around the world waging similar struggles of resistance! Women’s determined organizing and resistance has been key to achievements in equality rights, against colonialism, imperialism and capitalism. We march to celebrate this, a result of our collective strength, even as we resist current encroachments, re-formulated inequalities and pushback. 

Patriarchy and capitalism always seek new ways to survive and expand. They distract us from the real challenges in our lives and those of our communities, which began with decades of neoliberal policies promoted by political parties of all stripes, economic globalization to benefit corporations not people, wars and devastation of the natural environment as in the Wet’suwet’en lands, in the pursuit of ever greater profits for a tiny minority of the population. Finance capital and corporations remain free to move, wreaking havoc and misery where they go, via forced displacement, causing growing numbers of migrants to risk their lives on land and sea like the “Exodus Caravan” from Honduras, to make a better life for themselves and their families. Nations with histories of colonialism and imperialism hypocritically invoke principles of sovereign borders! In Canada, temporary foreign worker programs treat human beings as disposable and impose bondage-like conditions, without responsibility for the welfare of workers and their families. WDO denounces politicians such as Chrystia Freeland who perform media spectacles in their reception of high profile refugees, even as their governments brutally deport thousands, like Lucy Granados, back to violence and death! 

The logic of the system of rapacious capitalism requires it to constantly seek out more land, resources and labour. Artificially created conflicts and proxy civil wars fed and fanned by external powers for their own gain, ravage parts of Africa, Asia, Latin America and the Middle East, affecting particularly the women. We hear the hypocritical invocation of democracy by regime changers in situations like Venezuela — where Canada is shamelessly playing a leading role — often the same players who financed and supported coups in places like Chile and propped up genocidal dictators! 

To counter our growing resistance, governments, regardless of the political party, use distractions such as heightened nationalism to divide us and provide fodder for neo-fascists. In Quebec, the latest incarnation of secular fundamentalism is the law excluding women and others from work if they choose religiously observant clothing, even as the Premier denies the existence of Islamophobia, something his Status of Woman minister actually proves with her utterances! It is clear such laws have nothing to do with religious neutrality or protection of women. Instead, they feed racism, hate, attacks on women and undermine women’s economic autonomy.The state cannot dictate women’s dress! 

We reject governmental and corporate hyprocrisy and take to the streets to state publicly that the struggle for equality rights is far from over; that the struggle for bodily sovereignty against sexual violence and assault is linked to the struggle against patriarchy, the exploitation of the land and the natural environment; to demand an end to colonialism and imperialism which ravage human life and thrive on inequality and competition and call out the falsity that every individual is responsible for their own well-being. 

WDO humbly and respectfully acknowledges that we live on unceded lands of the Kanien’kehá:ka/Mohawk Nation recognized as the custodians of the lands; that we work as allies in solidarity and support of Indigenous women and their communities in their on-going struggles against colonialism and for justice. 

On International Women’s Day women, workers, migrants march for equality! And against forced displacement and neo-fascism! 

JOIN US! Friday 8th March ∙ assemble 5:30 ∙ start 6pm – Square Philips ∙ All welcome ∙ info wdofdo@gmail.com 

Pre-demo conference Saturday 2nd March 1-4pm; film screening Monday 4th March. Details can be found here.

Femmes de diverses origines (FDO) appelle toutes les femmes et les personnes s’identifiant comme femme ou fille à descendre dans les rues de Montréal lors de la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars! Montrons notre résistance contre les inégalités, la violence et la misère; que ce soit au Québec, au Canada ou partout à travers le monde. Témoignons de notre solidarité avec nos soeurs du monde entier qui mènent des luttes similaires! La détermination et la résistance des femmes ont été centrales dans la lutte contre le colonialisme, l’impérialisme, le capitalisme et toutes les formes d’inégalités. Nous marchons pour célébrer cela, pour célébrer les accomplissements de notre force collective et ce même si nous ne cessons de résister contre la répression et les constants empiétements sur nos droits individuels et collectifs. 

Le patriarcat et le capitalisme cherchent toujours de nouvelles façons de perdurer et prendre de l’expansion. Ces systèmes nous détournent des véritables défis auxquels nous et nos communautés faisons face. Nous sommes affaiblis par des décennies de politiques néolibérales promues par les partis politiques de tous acabits; par la mondialisation économique servant le profit des entreprises plutôt que celui de la population. La catastrophe est à prévoir en raison des guerres et de la dévastation de l’environnement comme c’est le cas sur les terres des Wetsuwet’en. Le capital financier et les entreprises restent libres de se déplacer n’importe où, semant le chaos et la misère partout où ils passent. Ils entraînent des déplacements forcés, obligeant un nombre croissant de migrants à risquer leur vie sur la terre et sur la mer pour améliorer leur sort et protéger leurs familles, comme c’est le cas pour la «caravane de l’exode» du Honduras. Les nations ayant un historique de colonialisme et d’impérialisme invoquent alors hypocritement le principe des frontières souveraines pour éviter de les accueillir! Au Canada, les programmes de travailleuses étrangères temporaires traitent les êtres humains comme des objets jetables et imposent des conditions analogues à l’esclavagisme, sans jamais s’intéresser au bien-être des travailleuses et de leurs familles. FDO dénonce les personnalités politiques tel que Chrystia Freeland, qui a fait tout un spectacle médiatique lors de l’accueil d’une réfugiée de renom; alors que, pendant ce temps, le gouvernement dont elle fait partie déportait des milliers de sans papier, comme Lucy Granados. 

Il est dans la logique du système rapace qu’est le capitaliste de chercher constamment plus de terres, de ressources et de main-d’oeuvre. Il en résulte des conflits créés artificiellement, ainsi que des guerres civiles directement et indirectes alimentées par des puissances extérieures. À des fins de profit, des régions d’Afrique, d’Asie, d’Amérique latine et du Moyen-Orient se font ravager, ce qui touche particulièrement les femmes. Nous dénonçons l’utilisation hypocrite du terme démocratie par des gens faisant de l’ingérence dans d’autres pays comme c’est en ce moment le cas au Venezuela, où le Canada joue sans honte un rôle de premier plan. Notons aussi que ce sont souvent ces mêmes acteurs qui ont financé et soutenu des coups d’État dans des endroits comme le Chili et soutenu des dictateurs génocidaires! 

Pour contrer notre résistance croissante, les gouvernements, quel que soit les partis politiques, utilisent des distractions dont le nationalisme exacerbé pour nous diviser et alimenter le néofascisme. Au Québec, la dernière incarnation du fondamentalisme laïc est la loi qui exclut les femmes de certains emplois si elles choisissent d’arborer des vêtements correspondant à leurs croyances religieuses. Cela s’inscrit dans un contexte où le premier ministre François Legault nie l’existence de l’islamophobie, ce que sa ministre de la condition féminine a officiellement confirmé par ses prises de positions récentes! Il est clair que ces lois n’ont rien à voir avec la neutralité religieuse ou la protection des femmes. Au contraire, elles nourrissent le racisme, la haine, les attaques contre les femmes et sapent l’autonomie économique de ces dernières. L’État ne peut pas dicter la tenue vestimentaire des femmes! 

Nous rejetons l’hypocrisie des gouvernements et des entreprises; et descendons dans la rue pour déclarer publiquement que la lutte pour l’égalité des droits est loin d’être terminée: que la lutte pour la souveraineté corporelle contre les violences et les agressions sexuelles est liée à la lutte contre le patriarcat ainsi qu’à la lutte contre l’exploitation des territoires et des milieux naturels. Nous exigeons la fin du colonialisme et de l’impérialisme qui ravagent les vies humaines, favorisent les inégalités et surtout dénonçons l’idée selon laquelle chaque individu serait individuellement responsable de son propre bien-être sans égards aux réalités collectives. 

FDO reconnaît avec humilité et respect que nous vivons sur des terres non cédées de la nation Kanien’kehá: ka / Mohawk, reconnues comme les gardiennes de ces terres; que nous travaillions en tant qu’alliées solidaires et soutenons les femmes autochtones et leurs communautés dans leurs luttes contre le colonialisme et pour la justice. 

À l’occasion de la Journée internationale des femmes: Manifestons pour l’égalité, contre les déplacements forcés et le néo-fascisme! 

REJOIGNEZ-NOUS! Vendredi 8 mars ∙ rassemblement 17h30 ∙ début 18h ∙ Carré Philips. Bienvenue à toutes et tous∙ info wdofdo@gmail.com Conférence pré-manif le samedi 2 mars de 13h à 16h; projection du lundi 4 mars. 

Détails ici.